Une équipe dirigée par des chercheurs belges de l’Observatoire sélectionnée par l’ESA

Une équipe dirigée par des chercheurs belges de l’Observatoire sélectionnée par l’ESA


Une équipe dirigée par des chercheurs belges de l’Observatoire royal de Belgique est sélectionnée par l’ESA pour participer à une mission ESA/NASA de déviation d’astéroïde.

Un consortium international mené par l’Observatoire royal de Belgique va étudier les possibilités scientifiques et les défis technologiques concernant l’exploitation de deux Cubesats de trois unités chacun à bord d’une mission proposée par l’Agence spatiale européenne (ESA) – la mission « Asteroid Impact Mission » (AIM) à destination du système binaire d’astéroïdes 65803 Didymos. AIM sera aussi la contribution de l’Europe à une mission internationale d’envergure appelée « Asteroid Impact & Deflection Assessment » (AIDA) : la sonde « Double Asteroid Redirection Test » (DART) de la NASA va percuter le plus petit des deux astéroïdes de Didymos avec AIM en soutien pour le contrôle a priori et a posteriori des changements orbitaux et structurels résultants de l’impact.

L’étude « Asteroid Geological Explorer » (AGEX) fait partie des cinq propositions sélectionnées par l’ESA pour répondre à l’appel à projet concernant l’exploitation des Cubsats (« Cubesats Opportunity Payloads ») pour la mission AIM. AGEX est coordonnée par l’Observatoire Royal de Belgique et inclus la participation d’ISAE-SUPAERO (France), Antwerp Space (Belgique), Asteroid Initiatives LLC (États-Unis) et EMXYS (Espagne). AGEX a pour but de caractériser le système binaire d’astéroïdes 65803 Didymos en faisant atterrir un Cubsat à sa surface pour en évaluer les matériaux, la gravité, la structure du sous-sol et les effets de l’impact de DART. Un autre Cubesat en orbite déploiera des plus petits « chipsats » qui se disperseront sur l’astéroïde. AGEX prévoit aussi d’étudier les changements de trajectoire et de rotation de l’astéroïde à la suite de l’impact effectué par la sonde DART ; posant les bases pour de futures technologies qui permettront un jour de protéger la Terre face à un impact d’astéroïde potentiellement dangereux.

« Les expériences innovantes proposées par AGEX contribueront aux objectifs scientifiques de AIM concernant le changement de la trajectoire d’un des deux astéroïdes et feront la démonstration de la faisabilité de missions dans l’espace lointain à une fraction du coût des missions classiques. Néanmoins, faire fonctionner deux CubeSats dans l’espace interplanétaire à proximité d’un astéroïde est très ambitieux, avec des exigences sévères sur les performances des systèmes tels que l’autonomie à bord, la navigation, le guidage contrôlé, la communication et la propulsion », explique Özgür Karatekin de l’Observatoire royal de Belgique, qui dirige le consortium international.

« Lancée en octobre 2020, la mission AIM arrivera au voisinage de Didymos en 2022, lorsqu’il sera relativement proche de la Terre (11 millions de km). Le système binaire d’astéroïdes est composé d’un corps principal ayant un diamètre de 800 m et de sa lune de 170 m. AIM sera la première mission à tester à grande échelle les technologies nécessaires pour protéger la Terre d’un impact potentiellement catastrophique ! », explique le Professeur Véronique Dehant, à la tête du Département Systèmes de référence et Planétologie de l’Observatoire royal de Belgique où l’étude aura lieu.

L’étude durera huit mois, au bout desquels l’ESA sélectionnera le concept final parmi cinq études. La mission sera proposée au Conseil de l’Agence spatiale européenne en novembre 2016 pour sa mise en oeuvre.

Partager cet article